Thursday, April 09, 2009

TRISTESSE DE LA LUNE

TRISTESSE DE LA LUNE

Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;
Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d'une main distraite et légère caresse,
Avant de s'endormir, le contour de ses seins,


Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l'azur comme des floraisons.


Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d'opale,
Et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.

Les Fleurs du Mal - Charles Baudelaire

5 comments:

MagnetikMoon said...

Majéstica orla que possui o amanhecer!Pálida sem pó-de-arroz!Pura nas vozes que deixa desprender para que alcancem a saudade e a transformem em cintilantes rios incompreensíveis aos incautos.

Magnetikiss;)

Gothicum said...

...um grande Senhor...

DarkViolet said...

MagnetikMoon:

Se eu pudesse compreender todas as silhuetas da Lua, ela deixaria de imanar tanto ardor de magia. cada tecido dela tem inimagináveis fronteiras


Gothicum:

Todos os somos, cada um à sua maneira

kameramaninblack said...

um extracto de um tecto de Pierre Louys:
http://club-silencio.blogspot.com/2008/01/no-digais-dizei-no-digais.html

DarkViolet said...

kameramaninblack:

Irei ler:)